[] Archimia

jeudi 29 décembre 2016

Le faussaire



Ce matin, Mahonia sur givre joue avec la lumière,
Il trace des arabesques,
Ourle ses feuilles dentées,
Gonfle sa silhouette,
Bref, il voudrait faire son houx.


Mais pour l'œil averti du rouge-gorge affamé,
Il manque l'essentiel :
Point de petites baies rouges
Pour assouvir la faim.


"Damned ! Encore raté !
Je ressayerai demain ! "

Car ainsi va la vie tout au fond des jardins ...




samedi 24 décembre 2016

Archimères ...




Pauvre de lui ! Archie, bien que vacciné,
A pourtant une cochonnerie attrapé,
Pour lui, fièvre et nez qui coule,
Et quintes de toux, malgré la cagoule,

Déjà, de la température montent les premières hallucinations :
En rouge et blanc, certes, mais de Père Noël point,
Plutôt une bête hideuse venue de très très loin,
Les pinces bien en avant, quelle abomination !

C'est bon : je me recouche ...
Joyeux Noël à tousse ...

mercredi 21 décembre 2016

Découpe


La Croix Piot (08)

Juste un paysage, quelques jours avant Noël,
Un paysage bien net, bien propre,
Un ciel comme découpé sagement, avec des ciseaux,
Franges par franges,
Une lumière de fin de jour,
Une lumière d'hiver,
Un petit d'air d'Irlande,
Et moi qui traverse en vélo,
D'un trait, comme un crayon.


vendredi 16 décembre 2016

Le signe




Rencontre au hasard des lieux et des vies,
Toi là haut, au boulot,
Moi en bas, sur un bateau.

Juste un signe, un geste,
Comme une invitation,
Une seconde de communion,
A travers le temps, et l'espace,
Sans rien attendre l'un de l'autre,
Juste communiquer,
Puisque c'est le destin de l'homme,
Ici à Dunkerque, comme n'importe où ailleurs.

lundi 12 décembre 2016

En attendant Noël




Contre vents et marées,
Athée,
Contre-jour assuré,
Bien à travers la haie.


Tant que l'église du village,
Bien sage,
Se contente de nous montrer ses contours,
Nous resterons paisibles, autour.


mercredi 7 décembre 2016

Lassitude



Episode de pollution,
Seuil d'information,
Airparif, Atmo, impact,
Particules fines et qualité de l'air,
Neige industrielle,
Seuil d'alerte,
Dioxyde d'azote,
Circulation alternée,
Poussières en suspension,


Fallait-il vraiment en arriver là ?



lundi 5 décembre 2016

Quand les gamins sont loin ...


Les petits sont partis avec la belle saison,
Va ! Ils nous reviendront, courir dans l'herbe molle.




En attendant,
Il reste, tout au fond du jardin,
Niché au beau milieu des feuilles mortes,
Tout un autel dressé,
A la gloire des marrons du coin :
Dinette d'un jour,
Dinette toujours,
Trônant dans la bise glacée ...




Oui, ils reviendront,
Courir, sauter,
Imaginer des mondes qui nous secouent,
Des mondes peut-être pas exactement faits pour nous.
Mais qu'importe, les pieds dans la boue :
Avec eux, on y croit, on y joue.



vendredi 2 décembre 2016

Passage




Juste un trait,
Comme une signature ou une trace,
Sur la voie boulonnée de notre quotidien,
Alors que déjà baisse le soleil d'hiver ...


mercredi 30 novembre 2016

Propos du jour


Des aiguilles de glace ont attaqué mon village ce matin.


Moins huit au petit jour,
Et le soleil se lève,
Comme si de rien n'était.
Autant dire que pour sortir balader dehors,
Il faudra s'équiper.

Ça fait du bien aussi,
Des fois,
Un peu de froid le matin ...

lundi 28 novembre 2016

Filon d'hiver


Coup de froid sur le pays,
Décor en trompe-l'œil en attendant le grand jour :

Déjà de rouge les arbres se parent,
Et les premières boules de Noël
Ont pris d'assaut les sureaux.



Ni le terrain,
Que tant d'agitation occupe,
Ni le riverain,
Ne sont réellement dupes ...

jeudi 24 novembre 2016

L'autre


Petite réflexion à soumettre à nos candidats ...



Rien à faire : tu auras beau légiférer,
Ranger,
Trier,
Classer,
Formater
Aplatir,
Enfouir,
Ecrabouiller,
Tu ne parviendras pas à empêcher celui-là,
Qui n'est pas comme les autres,
Qui pense et qui parle autrement.



Depuis longtemps déjà,
La nature nous montre l'exemple,
Et ça vaut toujours la peine de l'écouter :
Y'a toujours un jaune parmi les verts,
Et c'est très bien comme ça.
L'uniformité,
C'est la ruine,
Dans les paysages comme dans les pensées ...


lundi 21 novembre 2016

Lendemain de scrutin


Il y a quelque chose de magnifiquement
Déconcertant les lendemains de tempête :




C'est la façon dont, d'un seul coup,
Toute cette pression accumulée retombe,
Au milieu de tous ces oiseaux virevoltant à gauche ou à droite,

Les uns étant projetés au premier plan
Pour quelque temps du moins,
Et les autres,
Victimes d'un vent mauvais ou d'une rafale,
Pulvérisés vers l'horizon pour y disparaître.

Loin.


jeudi 17 novembre 2016

La vie des hommes

Vous l'avez sans doute lu dans la presse,
Cet hiver sera celui des risques de coupures d'électricité
A cause d'un problème de maintenance sur un tiers de nos centrales nucléaires ...


Ici dans les Ardennes,
Le nucléaire on connaît bien,
Et depuis longtemps.

Aussi, déjà, au pied des pylônes,
Les techniciens d'ERDF s'activent pour parer au pire ...

lundi 14 novembre 2016

Pure Nature


En forêt, sous la hêtraie,
Noël approche :
Ainsi,
Ami des miséreux,
Déjà le lierre enguirlande les dépouillés.




Ici comme ailleurs,
Entre pauvres et riches,
Nécessité fait loi,
Et distribue à tous des parures de choix.


samedi 12 novembre 2016

Les couleurs de la rue

C'est dans la rue parfois,
Qu'on peut trouver ce petit grain de folie
Qui nous fait si cruellement défaut
Quand le moral n'est plus au beau fixe.

Plancher-les-Mines (70)

On se dit alors que oui, décidément oui,
Les couleurs de la vie sont extraordinaires,
Lorsqu'elles viennent à vous un soir d'automne,
A la lumière d'un soleil couchant,
Dans un patelin de passage ...

jeudi 10 novembre 2016

The day after

Usé,
Aplati,
Lissé,
Fatigué,


Vieilli,
Boueux,
Fondu,
Limé,
Ruiné,
Poli,
Glissant,

Et demain, en plus,
C'est le onze novembre !!!



mercredi 9 novembre 2016

Décomposition



Odeurs de soufre et de moisi
Du côté de la blanche maison,
C'est l'heure où les nausées abondent,
Où l'espoir s'éloigne encore un peu ...




lundi 7 novembre 2016

Solitude



Saison propice au brouillard et à l'isolement :
On se sent courbé sous le poids de l'hiver montant,
Pourtant,

Curieusement,


Ce n'est pas une sensation si désagréable,
Cette espèce de solitude qui nous gagne,
Quand la brune arrive si tôt qu'on en pressent le froid,
Et qu'il nous reste juste à regarder,
Doucement,
Le temps s'écouler autour de nous .


lundi 31 octobre 2016

Patchwork d'automne



Un peu comme nous tous :
Des rouges, des brunes, des vertes ou des trop mûres,
Agrippées, bien serrées sur le mur maçonné,
Luisantes sous la pluie chantante,
Toutes différentes,
Toutes pareilles,
Presque humaines, quoi !


dimanche 23 octobre 2016

Miroirs du passé




Le bon vieux temps,
Celui du travail des enfants,
Des quatre-vingt dix heures de travail hebdomadaires,
Sans jamais aucunes vacances,
De la crasse permanente,
De la sécurité inexistante ...

Finalement, il n'y a pas tant à regretter,
Dans les miroirs de ce passé,
Qui sont le plus souvent déformés.

Pourquoi l'avenir nous fait-il donc si peur ?
Ici, les images d'archives n'ont pour seules couleurs
Que celles des forêts d'automne, pur bonheur ...



mardi 18 octobre 2016

Les fantômes du petit matin




Certains jours,
Il est des moments délicieux,
Coincés entre aube et matin,
Où chaque silhouette ose à peine effleurer le réel.
Traverser le décor,
Revenir en arrière,
Observer, s'imprégner, écouter encore,
Avant que de se fondre dans le nid de coton,


Silencieuses et discrètes,
Même les vaches sont muettes :
Laissant la poésie déchirer le ciel rose,
Elles poursuivent immobiles, pour mieux brouter ... en prose.

vendredi 14 octobre 2016

Persistance rétinienne


Peinture au mur ,
Glycéro,
Surface brillante, mais granulée,
Ourle les contours et déforme les traits.




Expo déco,
En relief dans la nef.

En sortant de la nuit,
Retour à la lumière,
Vite, dehors, au jardin !

Comme un fantôme,
Une ombre passée,
Tirant sur le mouvement,
Impression de trainée :
La passante disparaît
Plus vite que son reflet.

mercredi 12 octobre 2016

Reflet


Ici, le fleuve sert de miroir aux maisons des hommes.
Chacun, par la fenêtre, peut s'y voir,
Chacun peut s'y croire,
Ou s'imaginer chez le voisin,
A sa place, dans sa vie.

Alors, de temps à autre, on regarde,
Les autres et soi,
Et on voit.
Un peu comme une image de nous qui ne peut disparaître :
L'eau passe, le visage reste.

Notre conscience, peut-être ...



samedi 8 octobre 2016

Petit matin



Sensation bizarre et lumières étranges sur nos mondes complexes :
Coincés entre industrialisation et nature,
L'homme a forgé lui-même ses propres prisons.

mercredi 5 octobre 2016

Aïe !



Quand, à l'automne, tombe la châtaigne,
Prend garde que jamais elle ne t'atteigne.
Sinon, quand la douleur s'imprègne,
Ou pire, au moment où ton corps saigne,
Vite, juste avant qu'on ne te plaigne,
Pense au régal du soir, lorsque tout baigne :
Cette odeur de grillé dont le nez se renseigne,
Puis sur la langue, ce goût, que d'oublier tu feignes,
Enfin, ce vrai plaisir, qu'aucune gourmandise ne dédaigne ...

Non, même avec ta grandeur d'âme, au sommet de ton règne,
Tu ne regretteras pas de l'avoir chipée aux musaraignes ...



Reste quand même (la vache !)
Que ses piquants sont méchants comme la teigne !



samedi 1 octobre 2016

Mimétisme



Linchamps (08)

Ici, quand vient l'automne,
Il arrive que des maisons disparaissent,
Toutes timides qu'elles sont,
Devant la nature en beauté,
Un peu comme si elles voulaient dire :
"Ne me regardez pas comme ça,
C'est pas moi qu'il faut admirer,
C'est la montagne , là, juste derrière ..."

Alors,
(Et alors seulement),
Mieux vaut attendre le rayon de soleil,
Pour vérifier que la modeste
Dit bien la vérité ...


lundi 26 septembre 2016

L'heure, c'est l'heure


Quand les aiguilles se croisent,
Le temps se déforme-t-il ?



Ici, on surveille l'heure de près.
Tout est bon pour mesurer :
L'horloge est mécanique,
Et le cadran statique.

Même les ombres sont différentes,
C'est dire comment la méfiance s'installe,
Quand il s'agit de répondre à cette simple question :
Mais quelle heure est-il donc ?

A l'horloge ? au cadran ?
Qu'importe,
Pourvu qu'on ait encore le temps ...

vendredi 23 septembre 2016

On tourne en rond


Si c'est au pied du mur
Qu'on voit le maçon,
Que dire de l'escalier ?


Rambervillers (88)

Tout de grès moiré,
L'escalier renaissance
Joue les grandes élégantes,
Bien caché, dans sa tour dorée.


Y'a pas à dire :
Chaque fois qu'il a pu,
L'homme s'est bien servi de la nature pour la copier.

Et c'est tant mieux ici :
On en regretterait presque
De n'être pas concierge,
Afin d'y passer plus souvent ...

mercredi 14 septembre 2016

De l'autre côté


Comme l'iris d'un œil géant,
Un soleil de pierre, qui s'ouvre sur nous-même,
Et nous empêche de voir l'astre réel.



Avons-nous oublié jusqu'à la couleur du ciel ?

samedi 10 septembre 2016

L'instant




Petit matin en Normandie.
Tout est calme :
Le château sort à peine
De la brume légère qui s'est posée
Sur le bocage cette nuit.
Il fait encore un peu frais pour la saison,
Peu à peu, la lune s'efface,
Abandonnant, comme à regret
Le ciel à son soleil,

Tandis que, bien en dessous,
Presqu'à la verticale,
L'oiseau trace majestueusement ce trait,
Et déchire la nuit d'un seul coup d'aile.

Le jour peut commencer.

dimanche 4 septembre 2016

Totems



Ici, ces deux géants se sont tus
Il y a déjà quelque temps.

Tournant le dos à la forêt, 
Les bras tendus vers d'autres espoirs,
Comme figés, au moment de quitter ce monde,
Comme s'ils voulaient nous laisser un ultime message.

Et nous, si petits, si ignorants.

mercredi 31 août 2016

Le temps des soupes


La canicule passée,
La forêt reprend ses droits :
Les petits matins frais et brumeux de septembre,
Nous rappellent que l'automne approche à grands pas ...


A nous les balades en sous-bois,
Les pieds trainant dans les feuilles mortes craquantes,
A nous les cueillettes de mûres et de champignons,
Panier d'osier à la main.

Délicatement,
La saison des couleurs va déposer sur chaque feuille,
Un peu de ce patchwork qui nous émerveille.

Alors, enfin, le soir venu,
Nous pourrons recommencer à humer,
Le parfum de la soupe aux légumes,
Qui, en mitonnant si longtemps,
Embue tous les carreaux.

Difficile alors de résister
L'index levé,
A dessiner le portrait,
De la maîtresse de maison ou du chat de la voisine ...

L'automne est comme moi,
Un peu taquin, je crois.


mercredi 24 août 2016

Minéral

Rencontre, au détour du sentier,
Avec de drôles de sentinelles,
Façon "île de Pâques"
Œuvre d'un équilibriste forcené
Un jour de vent modéré.


On dirait qu'ils attendent le passant,
Ou qu'ils guettent la montée des eaux,
Regard perdu vers le large,
Ou, au contraire, lui tournant le dos,
Les étranges moaï,
Laissent le vent et le temps
Glisser sur leur surface polie,
En se fichant pas mal,
Des états d'âme d'Archie.

lundi 22 août 2016

Pas d' bol : petite comptine pour la gaudriole



Dans les escaliers qui s' gondolent,
Qu'est ce qu'on rigole !
Ça prête même à la cabriole,
Mais, gaffe à ta patte folle,
Si la jambe flageole,
V'la qu' tu dégringoles,
Bon pour la rafistole,
La guibole.


A grands coups d' paracétamol,
De massages,
de banderoles
Et d'kamol,
Te v'là alors comme un guignol,
Que seul le rire console :


Pas mariole.


jeudi 18 août 2016

Bagage


Expo "L'art chemin faisant" Pont-Scorff 2016

Plumes, algues, cartes à jouer,
Epis de maïs, billets d'entrée,
Souvenirs de vacances,
Bien entassés dans une grande boite,
Fouillis d'objets, d'images, de ressentis,
Petits trésors dissimulés,
Tout chargés d'émotion,
D'impressions,
Bien soigneusement rangés dans la valise,
Comme au fond d'un tiroir,
Prêts à entrer dans sa mémoire,

Juste avant le retour au perchoir ...

vendredi 12 août 2016

Infortune


La guerre des mondes terminée,
Lentement, les blockhaus se sont affaissés,
Tout inclinés qu'ils sont, devant le temps déjà passé.




Ainsi le soir, à la brune,
Les silhouettes importunes,
Jouent à déranger la lune,
Sans rancune ,

Aucune.

mercredi 10 août 2016

Communication




A force de tours et de détours,
De recherches la nuit, le jour,
J'ai finalement rencontré,
Par delà la cheminée,
Comment écrire à ceux-d 'en haut,
Anges ou pères Noël à grelots ...
Ça tombe bien, je crois :
J'avais justement à leur demander, deux choses ou trois,
A propos de toi, de moi, de nous tous, quoi !




vendredi 5 août 2016

Les papiers de bonbons


Bleu, jaune, rouge, orange,
Comme tu vois le jardin étrange !

Souviens-toi, quand on était gamins,
On regardait souvent la vie à travers un papier de bonbon,
Transparent, mais de couleur vive.

Toi, je ne sais pas,
Mais moi, je me rappelle,
Et je découvrais alors un monde
Tout vert ou tout violet,
Et je rêvais d'un pareil soleil aux ombres si bizarres,
Qu'on puisse se croire le soir,
Même à midi moins le quart.




Alors chaque fois que je croise une porte comme celle-là,
Je ne sais pas pourquoi,

Mais j'approche mon nez,
Pour voir de l'autre côté,
Et je lis ce paysage,
Comme s'il était nouveau,
Et je m'y glisse et j'y suis bien,
Comme quand j'étais gamin ...


mercredi 3 août 2016

Marqueterie


Caverne, terrier, nid :
Se loger avec tout ce qu'il trouve a longtemps été
Une des préoccupations principales
De l'homme et de la plupart des animaux.

De là à transformer ça en Art, c'est une autre histoire.



Jouer avec les matériaux, les formes, les couleurs,
Transformer l'utile en beau,
Le quotidien en insolite,
Et la routine en magie,
C'est ça le génie de l'artiste ...


Et c'est ce qui fait toute la différence.


lundi 1 août 2016

L'attente


Plage des Petites Dalles (76)

Nous n'avons pas tous la même notion du risque,
Mais il y a quand même des moments ,
Où l'on sent bien que quelque chose va arriver.

Dans ces moments là,
Même rentrer chez soi et s'enfermer avec une bière et un bon bouquin
N'apporte qu'une maigre consolation ...

vendredi 22 juillet 2016

Le caillou


Dans les Ardennes, il y a aussi l'Ardenne.
Le massif, je veux dire. Le caillou.
Là où, bien évidemment, les légendes consolident le paysage.
Le Roc de la Tour, Monthermé (08)


Ici, on comprend mieux pourquoi ce pays est vieux,
Usé, érodé,
Comment il a perdu toutes ses ambitions de montagne,
Comment, au fil du temps, il s'est résigné, patiné.

Le Roc de la Tour, Monthermé (08)
Ici,
Bien au-dessus de la toute puissante Meuse,
Qui a sculpté avec autorité tant de méandres,
Autant dans le paysage que dans le cœur des hommes qui le traversent.


Alors, de temps en temps,
Lorsque le silence pesant est troublé
Par les tintements de vie des bruits de la vallée,
On ressent l'Ardenne comme un océan,
Immuable,
Et on repense à ces vers de Rimbaud :
"L'éternité, c'est la mer mêlée au soleil" ...

mardi 19 juillet 2016

La leçon de La Dauphinée



C'est une histoire un peu particulière que je voulais  conter ce matin.
Imagine.


En pleine forêt ardennaise, perdu en haut d'un coteau : un village ... à quelques kilomètres au-dessus de la vallée laborieuse, cinq ou six maisons, abritant une microsociété, avec ses règles, bien à elle, presqu'une secte ...

"La Dauphinée" (c'était son nom) a rassemblé là jusqu'à 23 habitants en 1899, regroupés sur quelques familles : les Brouet (cultivateurs), les Doudoux (cloutiers), les Villeval (fabricants de balais de "boule") et , la plus grosse, les Bourguignon (menuisiers ébénistes très réputés dans la région, spécialisés notamment dans les buffets ardennais) ...




De secrets de famille en secrets de fabrication, de règles établies sous l'autorité des aïeuls, fermant une à une toutes les portes de l'échange, et sous l'égide d'un culte des morts omniprésent, une véritable méfiance de l'Autre s'établit ici au fil des années.

Peu à peu, les habitants de la Dauphinée, périrent sans être remplacés, ou même quittèrent le lieu, jusqu' à ce qu'il n'en reste plus qu'un : Charles Bourguignon, qui quitta sa maison en octobre 1955, pour aller mourir à l'hospice quelques mois plus tard, à l'âge de 70 ans.


Depuis, le chant des oiseaux a repris ses droits,
Et je me disais,
En traversant les ruines avant-hier,
Que c'était une belle leçon pour nous,
A méditer,
Par ces temps certes troublés,
Où l'on aurait un peu vite tendance à exclure
Tout ce qui ne nous ressemble pas ...


Pour ceux que le sujet passionne, voici deux liens pour approfondir : ici et

samedi 16 juillet 2016

Cauchemars



Lentement, l'ombre de nos peurs communes,
Recouvre nos maisons.
Alors se font le froid, la nuit, le silence.
Et dans ce silence hurlent colère et stupidité :
Colère, de savoir qu'on ne pourra pas l'empêcher d'arriver,
Et stupidité de prétendre qu'on pourrait l'éviter.


mardi 12 juillet 2016

La classe !




Ah ! Ces normands, quand même !
Penser à décorer le faîte des toits,
Avec de la couleur, des motifs,
Des sujets, parfois même,
Chats, oiseaux, colombes,
Tout est bon dans la faitière à dentelles ...



Repenser notre quotidien et le rendre beau, attractif, surprenant,
C'est rendre de la lumière à notre ordinaire
Superbe !

mardi 5 juillet 2016

Les oubliées


Gare d'Olly (08)

Dans le souffle léger du vent et le chant des oiseaux,
Difficile d'imaginer,
Le sifflet et le vacarme des freins,
La vapeur et les fumées âcres,
Les quais, les voyageurs, les valises.


Maintenant, les arbres, tout autour les protègent,
Ces gares d'antan, délaissées, oubliées ou perdues.
Et d'une certaine façon,
Elles relient leur histoire à notre géographie,
Ce qu'elles représentaient à ce qu'on est devenu.


Gare de Chagny (08)

Aujourd'hui, les rares visiteurs sont venus par hasard,
Ils repensent attendris  au sort du tortillard,
Puis, dans leur belle auto, enfournant les moutards,
Ils rentrent à la ville sans prendre de retard,
Evitant les bouchons qui les rendent furibards,
Secrètement heureux de se sentir veinards ...