[] Archimia

samedi 30 avril 2016

Mue

Au pays des forêts étranges,
Il arrive parfois que l'arbre rêve qu'il se change,
Seulement quand ça le démange,
En sirène ou en ange,

Expo "L'art chemin faisant" Pont-Scorff (56)

Alors, entre rocaille et broussaille,
Lentement l'artiste se met au travail,
Et l'écorce devient écaille ...

mercredi 27 avril 2016

Capitaine, mon capitaine !

Rêve, flexion,
Quand tu nous tiens,
Tu nous trompes.
Viens par ici, mais trie :
Trop à gauche ou pas assez adroite,
Tout est sens dessus-dessous,
Même l'eau du bas,
N'a rien à faire là.




Juste une question de point de vue :
La terre est belle aussi comme ça.




lundi 25 avril 2016

Vol au vent



Parti comme un voleur,
N'a même pas eu le temps de tirer le rideau.
L'abandon et l'ennui ont eu raison de cette maison là,
Comme tant d'autres dans ce patelin :
"L'exode rural", qu'on disait dans les années soixante-dix ...



Depuis, c'est le silence.
Pour le plus grand bonheur,
Des oiseaux nicheurs.

vendredi 22 avril 2016

La question


Que deviennent les châteaux de sable une fois la belle saison passée ?


Restent-ils là, agonisants, au gré des giboulées ?
Ou, en baroud d'honneur, décidés,

Se dressent-il face aux intempéries, prêts à tout sacrifier ?
A moins qu'il ne se tassent, racrapotés,

Jusqu'à disparaître au fond du sable mouillé,
Jusqu'à ce que même les canards passent à côté sans les remarquer ...




On pense vraiment à n'importe quoi en longeant les rives du lac un matin de printemps ensoleillé ...

lundi 18 avril 2016

Tissu d'ici


Petit à petit, le bruit des machines s'est éteint,
Le vacarme des courroies a cessé,
Les employés ont disparu,
De noir, les murs ont viré au blanc,
Les ateliers textiles sont devenus de grandes salles d'exposition,
Et le silence s'est installé.



On entend désormais les pas du visiteur
Longer lentement les cloisons,
S'arrêter, puis reprendre,
Comme le tic-tac irrégulier d'une pendule chaotique.



Quand vient le soir,
Le gardien de l'expo reprend son vélo,
Ferme l'usine et rentre chez lui,
Dernier ouvrier d'une industrie révolue,
Laissant le passé maître jusqu'à demain matin.



jeudi 14 avril 2016

Petite Planète

A l'heure où tombe le jour,
Au moment délicat, où le soleil  frissonne entre les nuages,
Et où la nuit -même debout- va bien finir par se montrer,
Peut-être pour le meilleur, ou pour le soupir,

Village de Jonval (08)


Il est bon d'avoir une pensée,
Rien qu'une petite,
Pour cette planète,
Si belle,
Ne pas oublier l'essentiel :
C'est par elle et pour elle qu'on reste là ...

lundi 11 avril 2016

Rencontre à la loupe

Quel est-donc ce surprenant guerrier qui veille dans la forêt ?
Un égaré, l'air triste et ténébreux, jaloux de ta mobilité ?


Héros troyen, hellène tout encasqué ?
Rien de rien. Le bois reste de marbre.

- Achille Ô Achille, je t'ai reconnu.

Et de quoi donc viens tu me protéger
Ici, au cœur de la sérénité ?

-"Complétement raté ! " répond l'intrus,
Je suis Broussin la loupe,
Excroissance ou malformation,
Recherché en ébénisterie,

Pour faire des meubles de luxe en marqueterie ...

- Pffft ! Quel manque de modestie !

Et je poursuis ma virée en quête de quelques morilles ...



mardi 5 avril 2016

Vision façon" frères Lumière"


Projection du vivant sur la pierre :


Comme une image incrustée dans la matière
En bas relief, les vieilles douves de Mézières,
En éclairage, une lueur " fin d'hiver",
Et l'arbre, au vent, s'agitant en avant-première,

Moving zone inattendu et éphémère ...

samedi 2 avril 2016

Le coup de pêche



Le coup de pêche est un truc qui revient de loin ...

D'abord, c'était sur la Meuse, ou sur l'Aisne à la limite, si on était du "Sud" ..., et puis c'était un "coup" : ça veut dire que ça se préparait, pas de place pour l'improvisation ...

La veille ou l'avant-veille il fallait amener (ou trouver ) tout ce qu'il fallait :
pieu, ficelle, planches : de quoi construire, bâtir sur l'eau des cités lacustres, à tendre et à attendre, des heures - j'ai jamais été patient - et quelquefois même sous la pluie - j'habite les Ardennes -, tout ça pour attraper éventuellement - ou pas - quelque gardon aventureux - ici on dit une "rossette" - et revenir le soir, trempé, glacé, fourbu mais zheureux ...

Tu l'auras sans doute compris, Ô lecteur subtil, je ne suis pas pêcheur, ne l'ai jamais été et ne le serai probalement jamais, mais j'ai Accompagné des pêcheurs, c'est presque pire ...

J'ai donc partagé avec respect malgré tout, cette passion du temps inanimé, ce regard sur l'onde calme, et cette écoute des oiseaux des rives.

Aussi, quand, au cours de mes virées, je croise un coup de pêche, me remontent ostensiblement des bouffées d'enfance qui chatouillent encore mes narines.

Bons ou mauvais souvenirs ? Va savoir ...